Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 11:08

Après la suppression des aides au planning familial, aux associations culturelles défendues par le FN...c'est au tour de la parité et de la liberté d'expression qui suppose le droit pour chacun et chacune d'utiliser la langue comme il ou elle l'entend, une des libertés les plus fondamentales dans une démocratie, de subir les attaques du FN au travers d'un amendement demandant la suppression de la féminisation des termes au motif qu'elle est contraire à l'usage de la langue française.
J'ai rappelé à cette plénière que si l'Académie Française donne des recommandations d'emploi de la langue, elle n'entend nullement rompre avec le féminisme des noms de métiers et de fonction qui découlent de l'usage même. C'est ainsi qu'elle a fait accueil dans la dernière édition de son dictionnaire à des formes féminines correspondant à des noms de métiers. J'ai ajouté que l' Académie Française est opposée à toute détermination autoritaire de l'usage et préfère le soumettre à l'épreuve du temps et laisser rivaliser des formes différentes sans rechercher à en proscrire autoritairement aucune jusqu'à ce que la meilleure l'emporte. Parce que l'Académie Française sait que cette affaire n'est pas seulement son affaire mais concerne toute la société entière. Parce que notre langue évolue. Parce que la parité a sa place dans la langue. Et pour en finir avec le patriarcat, j'ai demandé à mes pairs de voter contre cet amendement du FN.
36 autres amendements dont un nombre redondants de la même teneur ont été déposés par cette formation et lus intégralement pour allonger la séance sans se soucier des heures supplémentaires imposées aux fonctionnaires.
Refusant de rentrer dans leur jeu stérile et n'ayant pas la même définition des enjeux, je me suis arrêtée à cette unique intervention touchant la gente féminine.

Partager cet article

Repost 0
Publé par Fatma Adda
commenter cet article

commentaires