Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 22:28

Je vais intervenir aussi sur le rapport relatif au plan régional très haut débit pour dire que le groupe EELV soutient ce dossier très important pour répondre à la demande des entreprises, le travail à distance mais aussi pour la vie quotidienne des midi-pyrénéens. Le très haut débit est une vraie question d'attractivité du territoire, de solidarité et d'aménagement du territoire. 

 

Nous devons toutefois être vigilants sur l'utilisation prioritaire du filaire et de la technique satellitaire plutôt que du recours aux antennes relais considérant les risques liés aux champs électro-magnétiques et par respect des personnes électro-sensibles. Le groupe EELV votera aussi en faveur de ce rapport.


Repost 0
Publé par Fatma Adda - dans mes interventions
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 22:13

 

Mon intervention sur le rapport relatif aux principes des nouvelles politiques contractuelles régionales pour la période 2014-2020

Préalablement, je voudrai revenir sur le précédent contrat pour dire notre satisfaction quant à la participation régionale grâce à laquelle 12 344 projets ont été soutenus avec une enveloppe conséquente. Certes l'époque le permettait. Mais si le contexte est aujourd'hui différent nous devons maintenir notre ambition pour nos territoires et nous mobiliser pour eux. 

C'est ce que vous nous proposez de faire au travers des nouvelles politiques contractuelles régionales de 2014-2020, je devrai dire 2015-2020 qui visent des objectifs ambitieux dont l'emploi, des thématiques ciblées et toutes aussi ambitieuses que sont la transition écologique, la mobilité, la formation... avec des coopérations fortes et des dispositifs tout aussi intéressants. 

Pour la ruralité, je rappellerai que le leader est un outil essentiel de développement rural et unique dans sa méthode ascendante dans le sens qu'il permet aux forces vives du territoire d'être acteurs de leur avenir. J'en profite pour saluer la réactivité des services dans le lancement de l'appel à projet.

Ce matin, il a été beaucoup question d'équité territoriale qui est au coeur de nos actions. Je poursuis dans ce sens pour dire que si le seuil de 45 000 habitants fixé est pertinent, il peut entraîner certaines difficultés dans nos zones rurales. Nous devons nous assurer que les territoires qui n'atteignent pas ce seuil soient en capacité de se structurer ou de se restructurer pour être éligibles au fond. Certaines inter-communalités pourront le faire plus facilement et d'autres auront besoin d'être accompagnées. C'est un des rôles que nous pouvons assigner aux pôles d'appui aux territoires d'accompagner les territoires. 

S'agissant du seuil arrêté de 10 000 euros de feader, il exclut de fait les micros projets essentiels aux territoires ruraux en terme de dynamique, de lien social et d'attractivité du territoire. J'ajouterai que le seul coût du projet n'en détermine pas sa pertinence. Vous conviendrez qu'un projet financièrement modeste peut-être aussi pertinent pour le territoire qu'un projet plus coûteux. Nous demandons donc pour les petits projets un accompagnement spécifique de la Région qui pourra les aider financièrement. Et réserver le leader aux projets d'ampleur qui respectent le seuil de 10 000 euros. 

Concernant l'appel à projet, nous devons veiller à ce que l'équité territoriale et financière soient respectées pour les deux appels à projets. 

Enfin, si des critères de répartition sont envisagés ils doivent aussi être équitables pour les deux appels à projets.

Nos politiques sont efficientes, nos dispositifs peuvent être "revisités", le groupe EELV votera pour ces nouvelles politiques contractuelles régionales 2014-2020.


Repost 0
Publé par Fatma Adda - dans mes interventions
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 11:52

Compte tenu du mille feuilles administratif français, le projet d'une réforme territoriale est primordiale en partie pour des raisons de simplification administrative de façon à garantir la compétitivité de nos territoires face à une concurrence de plus en plus exacerbée et mondialisée.

Toutefois cette réforme mériterait d'être menée avec une réelle démarche de concertation et ne devrait pas se focaliser sur la disparition du seul échelon départemental.

Le projet de réforme territoriale présenté par le président de la république est un projet qui comprend bien d'autres éléments que la suppression d'une entité, le redécoupage ou la taille des régions comme on n'a pu le lire dans la presse.

Le sujet central est bien celui de la redistribution des compétences au sein des collectivités territoriales, des objectifs et des moyens qui seront d'une part assignés et alloués d'autre part. Mais aussi des organismes qui doivent être parachevés et mieux structurés pour accueillir les nouvelles attributions.

Ce qui est loin d'être le cas de certaines intercommunalités rurales qui, aujourd'hui comme demain ne pourraient pas prendre le relais du conseil général dans les politiques sociales (dépendance, insertion sociale, aide sociale à l'enfance famille, protection maternelle infantile, prévention santé) si elles ne sont pas fortement assistées dans leur structuration.

Considérant le public visé par les politiques sociales, il faut impérativement renforcer l'accompagnement de la transition organisationnelle au niveau des collectivités locales pour garantir à nos administrés la proximité, la continuité, l'égalité et l'accès des services publics en zone rurale. Nous devons nous assurer que les compétences transférées seront assorties des moyens humains et financiers.

La réussite de la réforme passera par une prise en compte des disparités géographiques, démographiques et structurelles entre les départements urbains et ruraux. Il est impératif de créer les conditions pour atteindre l'égalité dans nos territoires.

Il y a beaucoup à dire sur cette réforme et Gérard Onesta le vice président à la Région et ancien député au parlement européen l'a fait pour le groupe Europe Écologie les Verts. Je vous renvoie à son excellent travail "l'impossible réforme".

Télécharger le document de Gérard Onesta...

Repost 0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 23:27
Lors du goûter citoyen de samedi./Photo DDM.

Lors du goûter Lors du goûter citoyen de samedi./Photo DDM.


Samedi 14 juin, à 15 heures, dans la cour de l'école élémentaire de L'Isle-de-Noé, se sont rassemblés de nombreux parents, enfants, villageois et élus autour d'un goûter citoyen. L'objectif était double : faire savoir qu'ils s'opposaient à la fermeture de la 4e classe à l'école du village et, plus largement, défendre la ruralité mise à mal par la nouvelle carte scolaire. Etaient présents pour les soutenir : le sénateur Raymond Vall, la conseillère régionale Fatma Adda, le conseiller général du Gers Robert Perrussan, le maire de L'Isle-de-Noé Patrice Dison, le maire de Saint-Jean-le-Comtal Eric Bonnet, un élu de Lasséran, la mairie d'Ordan-Laroque étant représentée par Mme Claverol. Les euro-députés avec qui le collectif des parents d'élèves de L'Isle-de-Noé s'est entretenu par téléphone et qui se sont engagés à écrire au ministre de l'Education Benoît Hamon pour soutenir l'action de L'Isle-de-Noé, sont Virginie Rozière, Robert Rochefort et Eric Andrieu.

Dépêche du Gers

Repost 0
Publé par Fatma Adda - dans Revue de presse
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 10:23

Photographie

Ian Grandjean, coordinateur du concours, a insisté sur l'excellent cru de cette année. Les résultats complets sont sur imaj32.fr / Photo DDM, N.D.

Ian Grandjean, coordinateur du concours, a insisté sur l'excellent cru de cette année. Les résultats complets sont sur imaj32.fr / Photo DDM, N.D. 

L'association Imaj'32 organisait en mai la quatrième édition de son concours «Déclic». Ouvert à tous, sauf aux professionnels, seul ou en équipe de deux, 60 participants se sont affrontés sur cinq thèmes (quatre imposés et un facultatif). Les photos ont été réalisées dans un temps donné, sur la zone du Grand Auch. Hier soir, dans les locaux de l'association, un jury d'amateurs et de professionnels a récompensé le meilleur cliché de chaque thème par un tirage en 30x40 cm et un pass culturel pour deux personnes à Circa et pour le Pays d'art et d'histoire. Les heureux élus sont donc : Olivier Merlin («Illusions et réalité»), Jesse Overman («Au premier étage», Ilona Lepers et Caroline Lacomme («Avoir la patate»), Laurent Brun et Karine Ludinard («Patrimoine naturel et culturel») et Léa Chaudru («La nature reprend ses droits»). En parallèle, Imaj'32 célébrait ses 10 ans d'existence et la réception du «Photolab», une malette composée de dix tablettes et appareils photos numériques qui s'inscrit dans le projet Cyberbase du Grand Auch, avec le soutien financier de la Région. «C'est un moyen de sensibiliser le grand public à l'outil numérique», a souligné Fatma Adda, conseillère régionale.

Dépêche du Gers

Repost 0
Publé par Fatma Adda - dans Revue de presse
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 21:00

Elections européennes 

Le Petit Journal | Politique | Fatma Adda sur le terrain pour la liste Europe-Ecologie/Les Verts (liste conduite par José Bové et Catherine Grèze)
(Fatma Adda sur le terrain pour la liste Europe-Ecologie/Les Verts (liste conduite par José Bové et Catherine Grèze))
-
+
Samedi dernier, Fatma Adda (colistière de José Bové) candidate Europe-Ecologie/Les Verts pour le Gers, battait
la campagne notamment dans le quartier du Garros à Auch : « La Démocratie doit s’exercer par tout, il n’y pas
de zone qui ne soit pas concernée ! Et notamment pour cette élection : « Nous sommes tus des citoyens
européens ! » martèle-t-elle tout en soulignant : « La réalité c’est que sur bon nombre de dossiers majeurs
qui impactent votre vie quotidienne comme l’emploi, la finance, le réchauffement climatique, l’alimentation,
l’Europe est non seulement le bon mais le seul échelon pour vraiment changer les choses ! » Alors, effectivement,
les écologistes, conduits par José Bové veulent : défendre notre agriculture et protéger les consommateurs -
sauver le climat tout en créant des emplois notamment grâce à la transition énergétique - mettre fin au
pouvoir des multinationales (malgré les négociations « TAFTA ou TTIP » (projet de partenariat transatlantique
pour le commerce et l’investissement).
Et lors des différentes rencontres, sur le terrain ou dans des réunions, les candidats écologistes n’auront de
cesse de développer leur programme qui se décline en 10 enjeux et 20 propositions avec des idées fortes :
optimiser la transition énergétique, l’Europe sociale, combattre le communautarisme et dénoncer ces
négociations transatlantiques qui se déroulent en catimini « car nous ne voulons plus d’une Europe de
l’austérité. Nous voulons une Europe tournée vers la Démocratie et le citoyen ! ».                                                                                                                                                                                                                                                  A.L.
Le Petit Journal                                                

Repost 0
Publé par Fatma Adda - dans Revue de presse
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 21:23

Voici mon propos lors de la commémoration de l'abolition de l'esclavage à la préfecture d'Auch :  

Nous voici rassemblés, ce jour, pour rendre hommage à ces femmes et à ces hommes qui se sont battus pour s'affranchir de l'esclavage sur tous les continents.

Comment ne pas évoquer Toussaint Louverture qui joua aux Antilles, au 18ème siècle, un rôle considérable dans l'abolition de l'esclavage, ce sans-droit qui fut acteur de sa libération et de celle de ses frères ?

Comment ne pas citer Louis Pantaléon de Noë, ce gascon qui a affranchi Toussaint Louverture ?

Comment ne pas faire sien, aujourd'hui encore, l'appel de Toussaint Louverture qui clama "Unissez-vous frères et combattez avec moi pour la même cause. Déracinez avec moi l'arbre de l'esclavage", quand plus d'un million d'enfants et de femmes sont vendus dans le monde, dont 79% sont destinés à la traite sexuelle ?

Comment ne pas être révulsés et ne pas mobiliser, quand l'obscurantisme conduit un groupe d'extrémistes sectaires à enlever 200 lycéennes nigérianes à leur famille ?

Comment ne pas être indignés et bouleversés, quand des millions de personnes dans le monde, sont victimes de maltraitances et d'exploitations, quand les légions de migrants clandestins sont condamnés et contraints au travail forcé?

Aujourd'hui comme hier, nous devons rester vigilants et continuer à lutter pour faire vivre et garder tous leurs sens aux valeurs fondamentales de la République ces principes universels de liberté, d'égalité, de fraternité et de solidarité, ces valeurs que nous défendrons becs et ongles, et qui seront constitutives, demain, de cette Europe pour laquelle nous nous battons.

Continuons donc de transmettre, de faire exister l'histoire de ces combats pour le progrès qui ont rendu l'Humanité meilleure et nos sociétés plus justes.

 

Repost 0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 17:30

Publié le 10/05/2014 à 03:50, Mis à jour le 10/05/2014 à 08:07

Écologie

Fatma Adda, Patrice Dison, Philippe Le Goanvic et Henri Chavarot sont entourés des frères Blancafort et de militants EELV au milieu des turbines qui font fonctionner le moulin de L'Isle-de-Noé. / Photo DDM, Nedir Debbiche.

Fatma Adda, Patrice Dison, Philippe Le Goanvic et Henri Chavarot sont entourés des frères Blancafort et de militants EELV au milieu des turbines qui font fonctionner le moulin de L'Isle-de-Noé. / Photo DDM, Nedir Debbiche. 

La Fête de l'Europe (9 mai, N.D.L.R.), c'est à L'Isle-de-Noé qu'Europe-Ecologie - Les Verts (EELV) a décidé de la célébrer. Hier matin, Fatma Adda et Philippe Le Goanvic, tous les deux porte-parole d'EELV 32 «au nom de la parité», étaient en visite dans l'unité de production hydroélectrique des frères Blancafort, récemment remise aux normes. Installés depuis plus de trente ans dans le moulin situé au confluent de la Petite et la Grande Baïse, Gilbert, René et Raymond Blancafort produisent 160 kW qui alimentent 170 familles sur environ les 220 que compte la commune. «C'est une initiative locale qui est une belle réussite, c'est incontestable», souligne le maire Patrice Dison qui suit le projet quasiment depuis ses prémices. La Municipalité a engagé de gros travaux de rénovation des raccords au réseau, financés par ERDF et le syndicat d'énergie du Gers.

Une éléctricité de proximité

Car toute la force des Blancafort, c'est de produire «une énergie propre» mais surtout distribuée localement. Henri Chavarot, conseiller municipal EELV à Auch, insiste sur l'aspect de la proximité : «Quand on sait que 30 % des énergies se perdent lors du transport, c'est énorme…» Alors EELV soutient, encourage et même, promeut car comme l'a rappelé Philippe Le Goanvic, «le global, c'est le local.» Et avec les élections qui approchent (25 mai, N.D.L.R.), c'est une belle opportunité de rebondir sur les enjeux du scrutin. «Cette initiative locale participe au modèle de transition énergétique que l'on défend à l'échelon européen : une facture énergétique à 488 milliards, ce n'est juste plus possible. Telle qu'elle est aujourd'hui, cette Europe n'est pas la nôtre. Mais ne pas voter serait une erreur», précise la conseillère régionale et porte-parole EELV, Fatma Adda.

Présent hier au nom de «la vigilance environnementale», Alain Baudry des Amis de la Terre, une association de protection de la planète, rappelait également la pertinence de grouper ce genre de petites unités de production, en particulier sur la Baïse : «Ça aurait plus de poids, surtout auprès de l'Agence de l'eau pour les financements.» Les frères Blancafort n'ont pas sollicité de demandes d'aides et ont tout investi eux-mêmes. Gilbert, également élu municipal à L'Isle-de-Noé, regrettait d'avoir à payer autant de frais de dossiers qu'il ne fait de chiffres d'affaires. Soit aux alentours de 45 000,00 euros annuels. Entre les taxes et différents investissements, la famille arrive à vivre correctement. Et pense déjà à remettre aux normes deux autres sites. «Le Gers recense environ 200 moulins comme celui de L'Isle-de-Noé, il y a du potentiel», conclut Fatma Adda.

 

Dépêche du Gers                                                                                                                    G.J.

Repost 0
Publé par Fatma Adda - dans Revue de presse
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 15:59

Journal la Dépêche du Gers

 

Publié le 25/04/2014 à 03:47

Élections européennes

Catherine Grèze et Fatma Adda ont sillonné le marché de la basse ville hier./ Photo DDM, S. Lapeyrère

 

«C'est toujours avec un grand plaisir que je viens dans le Gers.» Si ce n'est en pays conquis, Catherine Grèze

était en terre connue hier à Auch, aux côtés de Fatma Adda, la Mirandaise «fière de représenter la ruralité» sur

la liste Europe Écologie Les Verts menée dans le Sud-Ouest par José Bové, comme en 2009. Sur le marché de

l'avenue Hoche, la députée européenne, n.2 sur la liste EELV, est venue distribuer son journal de campagne, à

tout juste un mois du scrutin... mais aussi rendre des comptes aux électeurs. En toute transparence. «Je suis la

seule parlementaire nationale et européenne qui a publié sur son site internet l'intégralité des rentrées d'argent

liées à son mandat.» Catherine Grèze n'est pas une carriériste mais, à l'écouter, on sent bien que la fonction de

parlementaire européenne l'a passionnée ces cinq dernières années, et qu'elle signerait bien pour un nouveau

bail. «On espère au moins deux élus dans le Sud-Ouest, voire un troisième. Le leitmotiv de mon mandat, ç'a été

de rapprocher l'Europe du citoyen.» Or, Catherine Grèze a pu encore le vérifier hier matin sur le marché de la

basse ville : le citoyen lambda a une image négative de l'Europe.

«En réalité, ce sont les politiques européennes qui sont vues en négatif. À EELV, on est contre les politiques

d'austérité mais on est pour le cadre européen car on est persuadés que l'Europe est la bonne échelle pour

répondre aux problématiques d'aujourd'hui.» Dans la mandature à venir, Catherine Grèze et ses amis

écologistes ont fixé deux gros enjeux : «l'urgence climatique, avec le dernier rapport très alarmant rendu par les

experts du GIEC, et le TAFTA. Ce traité transatlantique, actuellement en discussion entre l'Europe et les

États-Unis, nous inquiète beaucoup. On nous le vend comme un traité commercial alors qu'en réalité, sous la

pression de multinationales, il s'agirait d'aplanir toutes les normes. Ainsi, le bœuf aux hormones ou le poulet

javellisé pourraient arriver en Europe et ce traité ouvrirait la voie aux OGM pour ne prendre que ces

exemples.» Au contraire, pour EELV, il s'agit de «placer l'humain au centre des préoccupations».

Si Fatma Adda a choisi de rejoindre la liste de José Bové, c'est parce qu'elle croit à «une Europe sociale,

environnementale où l'on respecte le vivant».

Dans le Gers, l'argument pourrait porter dans les urnes.

Réponse le 25 mai.

 
Repost 0
Publé par Fatma Adda - dans Revue de presse
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 15:53

Catherine Grèze et Fatma Adda ont sillonné le Gers, hier.

Catherine Grèze et Fatma Adda, hier à Auch.© PHOTO 
PHOTO PHILIPPE BATAILLE / « SO»

Publicité

« S'il ne restait qu'une seule chose à faire, c'est encourager les gens à aller voter, dimanche 25 mai. » Catherine Grèze, deuxième sur la liste d'EELV menée par José Bové pour la circonscription Sud-Ouest, et Fatma Adda, sa seule représentante gersoise, ont martelé leur message, hier. Pour sa visite dans le Gers, un département qu'elle connaît bien, l'eurodéputée sortante n'a eu de cesse de rappeler le leitmotiv de son parti au niveau continental : « Rapprocher l'Europe des citoyens, leur soumettre les actes concrets réalisés en leur faveur et pour les protéger. »

Dans un contexte difficile pour les politiques, face à la perte de confiance de la population en ses représentants et la vision négative de l'action du Parlement européen, les deux candidates ont presque été surprises du bon accueil reçu sur le marché auscitain, en matinée.

Une vision politique

En bonne position sur une liste ouverte à la société civile, Catherine Grèze a fourbi ses arguments et affiche son bilan sans complexe : l'action en faveur des gens du voyage (avec notamment le soutien apporté au festival Welcome in Tziganie), des luttes dans le domaine des transports (contre la LGV, pour le développement du fret), la transition énergétique (gaz de schiste), l'agriculture (contre les OGM)… des thèmes qui portent la marque écologique, mais qui n'obèrent pas une vision politique européenne globale : « Ce n'est pas l'Europe en tant que telle qui supporte cette vision négative de la population, analyse la candidate venue de Toulouse. Mais ce sont ses politiques d'austérité. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut se replier sur un réflexe nationaliste, car c'est à cette échelle que nous pourrons relever les défis que nous impose la conjoncture actuelle. Il faut davantage d'Europe, mais une autre Europe. »

Un paradoxe

Catherine Grèze évoque ainsi une meilleure harmonisation de l'ensemble des États membres. Fatma Adda renchérit en s'imaginant une Europe où le politique et l'humain l'emporteraient sur le pouvoir économique. Et pour mériter à nouveau la confiance des citoyens, la restitution des travaux effectués au parlement, une totale transparence et le respect des engagements pris.

La Gersoise, à la fois conseillère régionale et opposée au cumul des mandats, déjoue d'ailleurs rapidement le paradoxe de sa candidature : « Dans ma position, il est fort peu probable que je sois élue. Mon engagement est donc davantage militant : je souhaite me battre contre l'abstention qui menace ce scrutin et représenter la ruralité au sein de cette liste. »

Une élection et un futur mandat pour lesquels EELV fixe deux gros enjeux : l'urgence climatique et la réussite de la transition énergétique ; la lutte contre le projet de zone de libre-échange transatlantique (TAFTA), « qui nous fait très peur, car il laisse le terrain libre aux multinationales qui pourront piétiner allègrement les lois édictées par un État, comme celles qui visent à interdire les OGM, l'exploitation du gaz de schiste, la commercialisation du bœuf aux hormones, etc. », conclut Catherine Grèze.

Fabien Jans 

Sud Ouest Gers

Repost 0
Publé par Fatma Adda - dans Revue de presse
commenter cet article