Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 20:03

           bilan-270215-copie-2.jpg Pour la cinquième des 12 étapes de leur tournée-bilan, cinq élu-e-s (*) d' Europe Ecologie Les Verts au conseil régional Midi-Pyrénées avaient choisi de venir à Auch, le 28 février, à la rencontre des adhérents et des sympathisants gersois.

            En ouvrant la soirée, Fatma Adda, élue du Gers, a indiqué à la trentaine de personnes présentes, les buts de cette tournée régionale : faire mieux connaître les actions et l'apport des 16 écologistes au sein de l'assemblée régionale , et ouvrir un débat sur leur bilan à l'approche de la fin de leur mandat.

                        Parmi les faits majeurs que chacun évoqua, entre autres :

-      une réelle reconnaissance de la force de propositions et de la cohésion du groupe ;

-      le respect des engagements sur la communication des actions ;

-      les frustrations d'un groupe minoritaire dans la majorité régionale ;

-      le positionnement dans l'organisation de l'assemblée : 3 vice-présidences, 5 présidences de commissions, 2 présidences d'organismes-satellites, …

-      d'importantes initiatives qui se concrétisent : les avances remboursables des aides économiques, l'éco-conditionnalité des aides, l'incubateur d'innovation sociale, …

-      le développement des « circuits courts » pour la restauration collective ;

-      l’économie touristique ;

-      la place de la langue occitane ….

 

Un échange de questions-réponses avec la salle a ensuite permis d’aborder la place de l’internet en milieu scolaire, l’éco-conditionnalité des aides accordées, la réforme territoriale, le traité TAFTA (vœu refusé par la majorité) , ….

      Les conseillers régionaux ont fortement encouragé les candidats écologistes à « être contagieux » aux élections départementales, pour faire avancer localement les idées d’innovation que les citoyens attendent.

      Un temps de convivialité a permis la poursuite des échanges sur les actions menées par le groupe EELV, avec remise de fiches thématiques sur les résultats obtenus.

                                                                                                                                                                                                                 J. L.

 

(*) Fatma Adda (32) est membre des commissions Aménagement du territoire et services, Education et Jeunesse, Europe, coopération et développement ;

Guillaume Cros (81), président du groupe EELV, membre des commissions Culture et patrimoine, Evaluation prospective et Concertation citoyenne ;

Gérard Onesta (31), vice-président du Conseil régional en charge des affaires européennes, des relations internationales, de la coopération décentralisée et de l’avenir des régions, membre des commissions Evaluation prospective et Concertation citoyenne   et  Culture et patrimoine.

Marie-Christine Pons (31), vice-présidente du groupe EELV, membre des commissions Europe, coopération et développement, Economie sociale et solidaire, Insertion par l’économique.

Guilhem Latrubesse (65), délégué aux affaires occitanes, membre des commissions Artisanat, commerce, et TPE, Economie touristique et thermalisme, Education et jeunesse.

 

 

Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 20:08

AUCH-FORMAT-JPEG.jpg

Repost 0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 13:58

Capture 

 

« J'ai toujours considéré que l'engagement était le seul chemin pour faire valoir nos droits»


Quel est votre rôle au sein du Conseil Régional ? Pouvez-vous nous citer quelques dossiers et problématiques que vous avez en charge ?

Je suis élue dans trois commissions :
1 L'aménagement équilibré du territoire et services au public,
2 La commission les Affaires européennes et la coopération décentralisée,
3 L'éducation et la jeunesse,

Je siège aussi dans la commission permanente.

Que vous évoque la Safer ?


La Safer est un outil essentiel de régulation, d'aménagement du territoire et un rempart pour la préservation de nos terres nourricières.

L’enjeu de la terre, central et fondamental, ne peut s’envisager sans une association professionnels/élus. Pour ma part, je m’applique à relayer la politique régionale au sein de cette structure pour garantir, ensemble, une meilleure régulation des espaces agricoles et assurer la transversalité de l’information.

Avec la Loi d'avenir, la représentativité professionnelle des conseils d’administration et la transparence de la Safer sont renforcées, favorisant ainsi une expression équilibré des différents points de vue en présence : profession agricole et autres partenaires siégeant au sein de leurs instances (Comité Technique Départemental, Conseil d’Administration).

Cette transparence sera aussi une opportunité pour la Safer pour mieux communiquer sur ses actions.

 

Quels sont les faits marquants de collaboration avec la Safer ?

 

La signature en 2012 de la convention entre la Région Midi-Pyrénées et la Safer dans la mise en place du dispositif de portage foncier et les efforts consentis par la Safer Gascogne Haut-Languedoc pour le mettre en oeuvre dans les quatre départements (Gers, Hautes-Pyrénées, Ariège et Haute-Garonne) où elle intervient, ainsi notre travail collaboratif a permis d'installer une douzaine de jeunes hors cadre familial depuis 2012.

Par ailleurs, les Rencontres Départementales d’Information (RDI) organisées par la Safer en 2013 ont permis d'écouter les acteurs locaux et de recueillir des témoignages de jeunes agriculteurs qui ont bénéficié du portage du foncier pour installer une activité de culture légumière de plein champ à Pergain-Taillac. Des témoignages qui confortent le choix que nous avons fait à la Région dans la mise en place du portage du foncier.

Du Cinquantenaire de la Safer GHL à Toulouse en 2012, je retiens le témoignage de Louis Marette, Maire de Mazères, sur le rôle de la Safer en matière d’environnement avec la restauration des espèces indigènes ornithologiques au Domaine des oiseaux.

Quant au Congrès des Safer à Lyon en 2010, il a permis de constater la légitimité de notre engagement en matière de sauvegarde des terres agricoles et des difficultés d’accès au foncier. Le thème de ce congrès, l’action des Safer en zone périurbaine correspond en effet à la principale inquiétude de la profession agricole quant à la diminution des terres destinées à l’agriculture, inquiétude renforcée en zone périurbaine. Cette baisse des terres agricoles engendre notamment une forte hausse de leur valeur et a un impact direct et négatif sur le renouvellement des générations d’agriculteurs principalement « hors-cadre familial », c’est-à-dire sans reprise ou continuité de l’activité des parents.

Et enfin, au dernier Congrès des Safer à Dijon fin 2014, le thème « Filières et rôle de la Safer » a été abordé avec pertinence ; je retiens notamment l'intervention de François Gerster, Inspecteur général de la Santé Publique Vétérinaire, sur la préservation des abeilles et celle de nos sols.

 

Comment voyez-vous l'agriculture de demain (d'ici 5 à 10 ans) ? Si vous deviez retenir deux problématiques prioritaires en matière d'agriculture et d'aménagement du territoire, quelles seraient-elles?

L'emploi direct agricole continue de baisser en raison d'un renouvellement des générations insuffisant et de l'agrandissement des exploitations.

La réforme des safer doit contribuer à inverser cette tendance avec la réaffirmation de la priorité à l'installation et le soutien aux systèmes de productions durables.

S'agissant de l'agriculture familiale actuellement en souffrance, il est nécessaire de la préserver car elle est porteuse d'avenir. Elle a été pourvoyeuse d'emplois et elle doit le redevenir. Il faut se donner les moyens de la soutenir et lui faire profiter davantage des fonds publics de la même manière que les industries agroalimentaires, notamment par le biais d’une fiscalité avantageuse. C’est une responsabilité politique nationale qu’il faudra mettre en avant pour développer nos potentiels.
Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 19:25

Mercredi dernier, l'obscurantisme a visé l'intelligence de penser autrement en assassinant des journalistes caricaturistes de haute volée. 

En réponse à cette violence terroriste, aujourd'hui des marées de citoyens se sont rassemblées partout en France. En ce qui me concerne, j'ai fais le choix de défiler à Auch pour une République une et indivisible, pour faire corps contre le terrorisme, pour réaffirmer nos valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité et pour rendre hommage à nos dix sept morts. 

C'est unis que nous serons invincibles. Une unité que nous devons prolonger pour faire quelque chose de cet élan citoyen.

Repost 0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 10:15

Il y avait du monde ce matin à Auch pour la cérémonie du 11 novembre. Il ne reste plus un seul "Poilu" mais le souvenir et l'hommage demeure. J'ai déposé deux gerbes de la Région, au cimetière puis au monument aux morts, en hommage aux 8 382 gersois qui ne sont jamais revenus de cette grande guerre et aux 1 429 disparus. Mais également en hommage au pays tout entier à ce million et demi de français qui tombèrent sur les champs de bataille, connurent les affres, l'effroi, la mort pour défendre l'intégrité de notre territoire. En mémoire à ces 430 000 soldats qui vinrent de toutes les anciennes colonies, de l’Afrique à l’Asie du Sud-Est, pour participer à une guerre qui aurait pu ne pas être la leur. En souvenir de ces 40 millions d’êtres humains, issus de tous les continents, morts ou à jamais blessés dans leur chair et dans leur esprit, à ces disparus, à ces soldats inconnus, ces anonymes, mais aussi à tous ceux qui survécurent, les rescapés, ces femmes et ces hommes qui connurent l'horreur d'une guerre à laquelle ils n'étaient pas préparés et qui devait etre la Der des Der..
La Première Guerre mondiale, comme tant de guerre le furent et, hélas, le sont encore, c’est l’histoire de la souffrance humaine, de cette souffrance infligée aux combattants et aux civils, les privations pour ces derniers, la peur, les blessures, la mort pour les premiers. 
C'est aussi au nom d’une certaine conception de l’humanité qu'il s'agit, par simple amour de la vie, d'en garder la mémoire et d'en faire vivre le souvenir avec la volonté farouche de maintenir la paix.

Repost 0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 13:48

Photo-GO-PM.jpg Le 16 octobre 2014 à Pavie, j'ai organisé et introduit le débat sur la réforme territoriale entre Gérard Onesta, vice-président au conseil régional en charge notamment de l'avenir des Régions, représentant Europe Ecologie les Verts, et Philippe Martin, président du conseil général et député, représentant le parti socialiste. L'idée était de donner la parole à nos administrés sur les enjeux de cette réforme concernant l'organisation territoriale de la République et de confronter notre vision sur le sujet avec celle d'un représentant du parti majoritaire. Une assistance d'élus, de représentants d'associations, des citoyens... a pu interroger les intervenants et se faire une idée de nos convergences et de nos divergences respectives sur une réforme qui va marquer nos territoires et nos activités.


 

Repost 0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 19:32

Quelle Réforme pour quels territoires ? 


Philippe Martin, Député PS et Président du Conseil Général du Gers, Gérard Onesta, Vice-Président EELV au Conseil Régional de Midi-Pyrénées en charge de l’avenir des régions débattront le

 

MERCREDI 15 OCTOBRE 2014 Á 20H30

Salle Bernard IV de la Maison de la Culture Places des Carmes 32550 PAVIE


Débat gratuit et ouvert à tous 


Après l’adoption de la nouvelle carte à 13 régions, les déclarations se multiplient autour du dossier de la réforme territoriale. Avec le changement de majorité au Sénat, le traitement de l’indispensable, mais complexe, réforme territoriale nécessite une meilleure clarification, tant sur les compétences, que sur les moyens ou les niveaux territoriaux maintenus, créés ou supprimés. Ambition fédéraliste, place des territoires, solidarité, développement économique autant de préoccupations qui animeront nos débats et auxquels nous vous invitons. 

 

Dans un souci d’organisation, merci de bien vouloir confirmer votre participation par retour de mail à l’adresse suivante : fatma.adda298@orange.fr 

 

A l’issue de ce débat, un pot de l’amitié sera servi pour prolonger, avec vous, ce moment d'échanges. 

 

Fatma ADDA 

Conseillère Régionale EELV 

Mickaël AURORA 

1er Secrétaire Fédéral PS du Gers 

Repost 0
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 23:18

Au programme de cette semaine de vacances : formation et approfondissement de notre projet écologiste à l'occasion des journées d'été à Bordeaux marquées par le 40 ème anniversaire de la candidature à la présidentielle de René Dumont. Cette année encore, nous avons droit à un large éventail d'ateliers, d'animations et de rencontres. Entre toutes les options possibles, mon choix des conférences est fait : la transition énergétique et la réforme territoriale.

Repost 0
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 22:49

Monsieur le Maire

Monsieur le Président de la communauté des communes,

Monsieur le représentant de la gendarmerie,

Monsieur le délégué du souvenir français,

Messieurs les anciens combattants,

Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs,

Je veux saluer, Monsieur le Maire, votre initiative républicaine de commémorer le centenaire de la guerre de 1914-1918, guerre qui marqua tragiquement l’entrée du monde dans le XXe siècle. 

Je vous remercie chaleureusement, Messieurs Esquiro, Abeillé, d'y associer la Région et de lui donner la parole sur cette période de notre histoire, qui fut si tragique, si douloureuse pour notre pays, cruelle pour les dizaines de nations qui se trouvèrent impliquées dans ce conflit, et dont, aujourd’hui, tous les témoins directs ont disparu. 

  Revenir sur ce conflit, c’'est d’abord rendre justice à ce  million et demi de français qui, de la Marne au Chemin des Dames, tombèrent sur les champs de bataille, connurent pendant ces si longues années, les affres, l'effroi, la mort pour défendre l'intégrité de notre territoire. 

Mais c’est aussi évoquer ces 430 000 soldats qui vinrent de toutes les  anciennes colonies, de l’Afrique à l’Asie du Sud-Est, pour participer à une guerre qui aurait pu ne pas être la leur. 

Et c’est encore rendre  hommage à ces 40 millions d’êtres humains, issus de tous les continents, morts ou à jamais blessés dans leur chair et dans leur esprit, à ces disparus,  à ces soldats inconnus, ces anonymes, mais aussi à tous ceux qui survécurent, les rescapés, ces femmes et ces hommes qui connurent l'horreur d'une guerre à laquelle ils n'étaient pas préparés et qui devait etre la Der des Der..

Ecoutons les mots de Maurice Genevois dans ses « Carnets de Guerre », un des écrivains qui sut rendre si prégnante l’épouvante, qui nous fit vivre par procuration le quotidien, le terrible quotidien des tranchées 

… Cela ne m’a saisi que longtemps après, dans le creux d’argile mouillée où j’étais revenu m’asseoir, … : une froideur dure, une indifférence dégoutée pour toutes les choses que je voyais, pour l’ignominie de la boue et la misère des cadavres, pour le jour triste sur la crête, pour l’acharnement des obus... Je ne sens même plus ma fatigue ; je ne redoute plus rien, même plus l’écrasement de mes os sous l’une de ces chutes énormes, ni le déchirement de ma chair sous la morsure des éclats d’acier. Je n’ai plus pitié des vivants, … Nulle violence ne me soulève, nulle houle de chagrin, nul sursaut d’indignation virile. Ce n’est même plus du désespoir, cette sècheresse du cœur dont je sens le goût à ma gorge ; de la résignation non plus... Ce n’est que cela : une froideur dure, une indifférence desséchée, pareille à une contracture de l’âme. 

Horrible carnage : 1,5 millions de Morts pour la France, 630 000 veuves de guerre devenues chef de famille au recensement de 1921.

Et permettez- moi, Mesdames et Messieurs, de souligner ici le courage de ces millions de femmes qui contribuèrent avec la plus grande abnégation, à cet effort national qui revêtit des formes multiples. Et comme nous sommes dans un des départements les plus ruraux de France, je commencerai par saluer la mémoire de ces femmes d’agriculteurs qui répondirent, le 7 août 1914, à l’appel du Président du Conseil René Viviani :

« Debout, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie. Remplacez sur le champ de travail ceux qui sont sur le champ de bataille. Préparez-vous à leur montrer, demain, la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés ! Il n'y a pas, dans ces heures graves, de labeur infime. Tout est grand qui sert le pays. Debout ! A l'action ! A l'œuvre !

- Courage donc de ces  femmes de paysans, dans cette France à dominante agricole, qui durent assumer à partir de l'été 1914 les pénibles travaux des champs de nos campagnes ;
-  Courage et dévouement de ces infirmières qui soignèrent les blessés, les mutilés, les gueules cassées, dans les hôpitaux de guerre et les maisons de convalescence ;
- Courage, abnégation de ces  marraines de guerre  qui écrivirent et envoyèrent des colis aux soldats du front, visitèrent les blessés dans les hôpitaux ;
- Courage aussi de ces femmes des villes qui remplacèrent les hommes partis au front, qui distribuèrent le courrier, conduisirent les tramways, travaillèrent dans les usines d'armement. 

  Cent ans après, chaque ville, chaque village, chaque hameau porte les traces de sa jeunesse défunte. 

Il n’y a pas de village en France où un monument aux morts n’ait été érigé, il n'y a pas de village qui n’ait payé le tribut du sang.  Ainsi, notre commune de Mirepoix n'a pas fait exception et a payé lourdement son tribut en y perdant 10 de ses enfants.   

  Et, il n'y a pas une famille qui n'ait compté parmi elle au moins, un pioupiou, un soldat, un poilu. 

Beaucoup d'entre nous ont eu un grand-père, qui certainement comme le mien, a porté dans son corps les stigmates de l'horreur de cette guerre. Et dont le souvenir de sa participation dans ce conflit continue à être entretenu par ses descendants : un objet, une photographie jaunie, un document retraçant ses passages au 1er  Régiment des Tirailleurs ou au 14e Bataillon de marche... 

Célébrer la mémoire de nos anciens combattants est un devoir, la transmettre une exigence, quand son objectif ne vise que le mieux vivre ensemble et la nécessaire tolérance impliquant le respect de nos différences. Petites ou grandes, mais qui toujours nous enrichissent. 

Et si ces quatre terribles années que connurent nos anciens se mesurent aussi en instants de vie, elles sont également la somme de parcelles de vie de dizaines de milliers de personnes qui nous ressemblent, qui comme nous voulaient aimer, être aimé, et comme nous en éprouvons en ce début du XXIe siècle le besoin et le désir, avaient, eux aussi, envie de choisir librement leur présent et leur avenir.

La mémoire de ces soldats, nous invite à nous rassembler, à être toutes et tous unis dans le recueillement, car la mémoire doit être partagée et nous la partageons en cet instant. 

La transmission donne, notamment à nos plus jeunes, les outils nécessaires, tirés essentiellement de l’étude des faits du passé, de l’Histoire, la grande et la petite, qui leur permet de décrypter la société dans laquelle ils vivent. Et d’opérer des choix responsables, si par malheur, par les vicissitudes de la vie, ils devaient être confrontés, de près ou de loin, à des situations aussi ravageuses. 

La Première Guerre mondiale, comme tant de guerre le furent et, hélas, le sont encore, c’est l’histoire de la souffrance humaine, de cette souffrance infligée aux combattants et aux civils, les privations pour ces derniers, la peur, les blessures, la mort pour les premiers.

Alors Mesdames et Messieurs, c’est au nom d’une certaine conception de l’humanité qu'il s'agit, par simple amour de la vie, d'en garder la mémoire et d'en faire vivre le souvenir avec la volonté farouche de maintenir la paix.

Repost 0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 11:52

Compte tenu du mille feuilles administratif français, le projet d'une réforme territoriale est primordiale en partie pour des raisons de simplification administrative de façon à garantir la compétitivité de nos territoires face à une concurrence de plus en plus exacerbée et mondialisée.

Toutefois cette réforme mériterait d'être menée avec une réelle démarche de concertation et ne devrait pas se focaliser sur la disparition du seul échelon départemental.

Le projet de réforme territoriale présenté par le président de la république est un projet qui comprend bien d'autres éléments que la suppression d'une entité, le redécoupage ou la taille des régions comme on n'a pu le lire dans la presse.

Le sujet central est bien celui de la redistribution des compétences au sein des collectivités territoriales, des objectifs et des moyens qui seront d'une part assignés et alloués d'autre part. Mais aussi des organismes qui doivent être parachevés et mieux structurés pour accueillir les nouvelles attributions.

Ce qui est loin d'être le cas de certaines intercommunalités rurales qui, aujourd'hui comme demain ne pourraient pas prendre le relais du conseil général dans les politiques sociales (dépendance, insertion sociale, aide sociale à l'enfance famille, protection maternelle infantile, prévention santé) si elles ne sont pas fortement assistées dans leur structuration.

Considérant le public visé par les politiques sociales, il faut impérativement renforcer l'accompagnement de la transition organisationnelle au niveau des collectivités locales pour garantir à nos administrés la proximité, la continuité, l'égalité et l'accès des services publics en zone rurale. Nous devons nous assurer que les compétences transférées seront assorties des moyens humains et financiers.

La réussite de la réforme passera par une prise en compte des disparités géographiques, démographiques et structurelles entre les départements urbains et ruraux. Il est impératif de créer les conditions pour atteindre l'égalité dans nos territoires.

Il y a beaucoup à dire sur cette réforme et Gérard Onesta le vice président à la Région et ancien député au parlement européen l'a fait pour le groupe Europe Écologie les Verts. Je vous renvoie à son excellent travail "l'impossible réforme".

Télécharger le document de Gérard Onesta...

Repost 0